Le Mind Mapping ou la Prise de Notes dynamique

Le Mind Mapping, ou carte heuristique en français, est une technique de prise de notes originale qui vise à organiser les informations autour d’une idée centrale. Cette technique peut être qualifiée de « dynamique » dans la mesure où elle pousse l’utilisateur à reformuler les idées afin d’en extraire les éléments clés avant de les noter. Cette méthode de prise de note, déjà largement utilisée dans les écoles finlandaises par exemple, offre de nombreuses possibilités pour les étudiants tant en termes d’usages que d’efficacité.

Introduction au Mind Mapping

Le Mind Mapping est née de quelques constats simples.

La vue est notre « sens » le plus développé.

En effet, comme le montre le graphique ci-dessous, lors d’un entretien nous retenons principalement les gestes, le regard, et l’attitude de notre interlocuteur. En revanche, nous nous souvenons peu des mots qu’il a pu prononcer, et du ton qu’il a employé. En d’autres termes notre cerveau se focalise principalement sur les éléments non-verbaux.

Règle des 3V

La "règle" du 7%-38%-55% ou « règle des 3V » (verbale, vocale, visuel), résultat de l’étude sur la communication menée par Albert Mehrabian en 1967.

Notre cerveau fonctionne par associations d’idées.

« En passant devant le magasin, je suis souvenu que je devais acheter des pommes. » « Ah, tiens, tu parles de Marie, ça me fait penser que je ne lui ai toujours pas rendu son livre. » « J’ai vu ce garçon en bousculer un autre dans la rue, ça m’a rappelé que je ne me suis toujours pas inscrit au judo. »

Nous avons tous déjà prononcé ce type de paroles au moins une fois dans notre vie, si ce n’est pas plusieurs fois par jour. Une personne, une chose, un geste … nous entraine dans un enchainement de pensées parfois infernal. Il nous suffit d’un mot clé pour déclencher une suite logique d’idées, sans pour autant avoir fait un effort de mémorisation de ces dernières au préalable.

Un enfant apprend en s’amusant.

Les enfants apprennent avec une facilité déconcertante. Il faut dire que leurs livres sont bien plus colorés que les nôtres et que tout est prétexte au jeu :

  • Une comptine pour apprendre les chiffres ;
  • Jouer au « marchand » pour apprendre à compter ;
  • Colorier le verbe en vert ;
  • Apprendre un nouveau mot simplement parce qu’il a une sonorité rigolote …

De même, adultes, nous mémorisons plus facilement les éléments qui génèrent des émotions fortes:

  • L’utilisation de couleurs pour mettre en avant les informations clés n’est pas réservée aux enfants.
  • Faire un effort pour visualiser les choses, prendre le temps de se les représenter dans leur environnement, nous permet de les mémoriser avec plus de facilité.
  • Plus nous nous amusons avec les idées, les mots… en les déformant, en les sortant de leur contexte, plus nous les gardons en mémoire.

Nous avons besoin de nous approprier les idées et les concepts pour mieux les mémoriser.

Ce processus d’appropriation passe par la reformulation et l’utilisation de nos mots, afin de faire en sorte que l’idée devienne nôtre. Ceci nous permet, en outre, de dégager des mots clés propres à notre expérience personnelle. Nous pourrons ensuite nous souvenir de l’information en utilisant nos capacités d’association d’idées.

Principes de base du Mind Mapping

Le Mind Mapping vise à organiser les notions autour d’une idée centrale, en construisant mot clé après mot clé, les branches d’un arbre de pensées. Les principales règles pour élaborer un tel arbre sont les suivantes :

  • Utiliser la feuille en mode paysage pour faciliter la perception globale du sujet ;
  • 1 unique élément central à partir duquel partent les différentes branches ;
  • 1 mot par branche ou feuille ;
  • Privilégier les éléments visuels, en utilisant :
    • Des images/logos/symboles pour remplacer les mots ;
    • Des couleurs différentes par branche, par type d’information ;
    • Une taille et forme de police claire, facile à lire ;
    • Des formes de branche différentes qui ont une valeur esthétique.

L’étudiant et le Mind Mapping

Pour l’étudiant le Mind Mapping représente l’opportunité d’améliorer son efficacité et de développer des compétences qui l’aideront dans ses études mais aussi dans sa future vie professionnelle :

Capitaliser le temps passé en cours : la prise de note dynamique

A l’heure du numérique où les professeurs mettent souvent à disposition leur support de cours, les étudiants jugent la prise de note peu utile. Or, cette dernière permet de se concentrer sur le cours et d’effectuer une première mémorisation de son contenu.

Une prise de note effectuée via l’utilisation de la carte heuristique n’a pas vocation à être exhaustive. Elle a pour ambition de saisir les concepts clés se rattachant à un thème et de donner une vision globale de ce dernier. La carte ainsi réalisée permet de cerner en un coup d’œil le contenu du cours et constitue un excellent guide pour cibler les éléments à réviser en vue des partiels.

En outre, via la reformulation des idées transmises par le professeur, l’étudiant effectue une première mémorisation du cours, guidée par le principe d’appropriation.

Organiser ses idées : réaliser la trame d’une présentation

Que ce soit pour la rédaction d’un article, d’un rapport, ou la préparation d’une soutenance, l’organisation des messages à transmettre autour d’un plan cohérent est primordiale.

La carte heuristique permet une fois encore d’acquérir une vision globale du contenu à exposer tout en organisant de manière cohérente les concepts autour du thème central et des branches principales.

L’architecture de la carte permet en outre de venir rattacher facilement de nouvelles idées aux différentes branches sans mettre en péril la structure globale du plan.

Organiser son  travail : stimuler l’émergence d’idées

Lors de la mise en œuvre d’un projet (organisation d’un événement, réalisation de recherches, élaboration d’une solution…) un facteur clé de succès reste l’organisation, et ce dans la perspective de ne rien oublier en termes de pistes à explorer ou de variables à prendre en compte.

Une carte heuristique construite dans cette perspective invite à mettre en avant les objectifs du projet, ses contraintes, la démarche adoptée, les actions à mener… Il s’agit encore de développer une vision globale sur la cible à atteindre et la trajectoire à adopter.

En outre, la construction progressive d’une carte heuristique permet de stimuler les associations d’idées et d’éventuellement suggérer de nouveaux champs d’investigation.

Notons que cet article est volontairement axé sur une expérience étudiante de l’utilisation du Mind Mapping. En conséquence, il n’a pas vocation à présenter de manière exhaustive les usages du Mind Mapping. Il en existe de multiples : création de cartes de veilles, agrégation de contenus numériques, réalisation de présentations… Il convient de les découvrir en fonction de ses besoins.

Les Outils

Les ordinateurs sont aujourd’hui omniprésents et les logiciels libres ou propriétaires de Mind Mapping sont multiples. L’apparition des tablettes numériques et des Smartphones a encore permis d’élargir le spectre des solutions. Nous discuterons quelques unes de ces solutions au cours d’un prochain article.

Notons, néanmoins, que le papier et le crayon reste l’une des meilleures solutions pour exploiter les forces du Mind Mapping dans toute son originalité.  La page blanche permet, en effet, de stimuler la créativité et de recentrer notre esprit sur un unique sujet.

Pour tenter l’aventure, il ne vous reste plus qu’à déterrer votre boite de feutres ou de crayons de couleur et d’oser ! Et surtout n’oubliez pas : « Amusez-vous » !

Exemple de carte heuristique

Carte heuristique ayant permis de faire émerger, développer, organiser les idées nécessaires à la création de cet article.

About the Author